Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 10:24

Partager cet article

1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 13:35

Maintenant c'est le calme et la tranquillité, entre l'île d'Itaparica et mes vieilles pierres, fini le bruit et la fureur d'un monde trituré, pressé par quelques victimes de leur égocentrisme machiavélique, partout sur notre terre depuis toujours, et cela ne changera pas, donc maintenant je vieillis, paisible comme un grand père, heureux d'avoir vécu en son temps des révolutions culturelles, des guerres sur des fronts sanguinaires, des conflits de clocher et des foules en délire pour l'élection d'un nouveau président ou l'arrivée d'une "star"; j'ai bu du vin jusqu'à la lie, aujourd'hui je suis à l'eau et j'y reste.

Mais le futur immédiat sera encore là: et dans l'eau pas de photos

Mais le futur immédiat sera encore là: et dans l'eau pas de photos

Il fallait être au bon endroit au bon moment: un stress permanent

 

 

 








Elles sont toute l'Amérique: d'origine espagnole, indienne, africaine.

 

Partager cet article

29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 11:17
  • Mas essa vez no é para tomar vinho, so agua e antibioticos.
  • Fico quieto, recuperando a saude, me acostumando com minha nova sordez. O mundo e diferente, mas o passado do castelo fica igual e isso me tranquiliza. Vo esquecer das miiases que comeirom minha orelha....Aqui no existe a mosca varejeira
  • photos Guy Capdeville Dans ce village fortifié du XIII° siècle, restauré au XVI° par le châtelain, seigneur de Cassagnet, après 800 ans d'existence prospère et paisible,et sûrement plus si on compte l'époque où il était bâti en bois comme l'atteste la couche noire de charbon visible dans les soubassements. La Peste, comme l'a décrite Albert Camus, est entrée dans les murs en 1963 et tous les habitants sont partis ailleurs pour chercher une vie meilleure, moderne, avec l'électricité et l'eau courante; toutes les maisons étaient à l'abandon sauf trois qui résistaient à l'exode,des saintorinois trop vieux pour déménager: Candelon, Marie Besignan, Escalier et Me Cazenave avec ses six enfants en bas âge. Aprés Sourbés est arrivé, et en 1965 des jeunes ont débarqué pour profiter d'un hébergement gratuit dans une maison derrière l'église que l'un d'eux avait acheté pour 100 000 francs. Les gendarmes venaient souvent voir ce qui se passait dans le village, alertés par les paysans alentours qui s'inquiétaient de ce regain d'activité bizarre dans ce lieu désertifié; et bientôt des jeunes musiciens, des peintres, des sculpteurs, des céramistes se sont installés dans les murs créant une ambiance plutôt artistique voire hippie, comme c'était la mode dans les années 75. Certains ont fait des rêves pour s'enrichir en revendant des maisons restaurées, d'autres ont voulu créer des gites ruraux mais personne ne s'est inquiété du délabrement du château dont une partie appartient à la commune et l'autre est restée privée. En 1980, le dernier propriétaire du château, M Dalagnoll a voulu le donner à la commune qui l'a refusé car il y avait trop de frais de démolition a effectué en urgence; même un ancien du coin qui travaillait à Paris, revenu au village natal pour y préparer sa retraite ne l'a pas accepté. Je l'ai acheté pour une bouchée de pain et je l'ai restauré envers et contre tous, faisant maintenant beaucoup de" jaloux". Peu importe la loi des ploucs, tous les 400 ans le château est remis en état,et l'histoire de St Orens restera gravée pour toujours dans la pierre avec le nom des propriétaires qui l'ont habité et sauvé du mépris des pauvres alentours: ceux qui peuvent pas aimer nos vieilles bâtisses et sentir toute la richesse de leur passé.

  • Régulièrement, "des gens du Nord" certains les appellent des parisiens viennent nous faire de la spéculation foncière et immobilière.Hélas ils ne rentrent pas dans la véritable histoire d'un village fortifié de Gascogne car elle n'a pas de prix; il faut y mettre les mains pour comprendre tout ce que nos ancêtres ont du faire pour la rendre aussi belle et éternellement présente. Guy Capdeville

Quand je l'ai acheté en 1980 et son état aujourd'hui, grâce à mes mains et ma 2Cv Citroen
Quand je l'ai acheté en 1980 et son état aujourd'hui, grâce à mes mains et ma 2Cv Citroen

Quand je l'ai acheté en 1980 et son état aujourd'hui, grâce à mes mains et ma 2Cv Citroen

Partager cet article

27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 16:40

Partager cet article

25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 17:54

Partager cet article

25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 09:38
St Orens a l'eau

L'eau claire de VEOLIA

Les concentrations d'herbicide dans les prélèvements d'eau réalisés sur la commune par le contrôle sanitaire de l'Agence Régionale de Santé sont supérieures à la norme fixée par la réglementation française.

Mais Veolia nous informe que ces non conformités ne présentent pas de risque pour la population: on peut la consommer sans restriction.

Faites tourner vos compteurs à volonté et Veolia continuera d'exister car l'eau c'est la vie.

De toute façon vous n'avez pas le choix: vivre ou mourir assoiffé

Partager cet article

17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 11:26
La petite gazette de St Orens

Pour la première fois depuis cinquante ans, un panneau Route Barrée est apparu sur la place du château avec un arrêté municipal interdisant l’accès à partir du Jeudi 16 Juillet 12 heures jusqu'au Dimanche 19.

C'est nouveau; autrefois quand le bon voisinage était respecté par chacun il suffisait de se parler pour prendre les dispositions nécessaires au bon déroulement de la fête annuelle du village.

Maintenant, certains ne se disant plus bonjour depuis l'arrivée récente d'"étranger" dans les murs, on se communique par des écrits faits en mairie, comme à Paris. Cela fait du travail pour la secrétaire et c'est tant mieux.

Mais un concourt de circonstance imprévu au dernier moment a pu rétablir un dialogue à l'ancienne.

Partager cet article

15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 08:39

    Il voudrait savoir s'il est le seul en France et peut être en Europe à n'avoir acheté qu'une seule voiture dans sa vie.
Âgé de 63 ans, il est allé à la Préfecture, au service des cartes grises, retirer la nouvelle immatriculation de son véhicule, une 2 chevaux Citroen de 1976 avec plus de 350 000km, qu'il venait de faire passer en "collection". Au guichet, il a demandé au préposé du service si, à sa connaissance, il y avait d'autres retraités qui n'avait acquis qu'une seule voiture dans leur vie. Sa réponse a été claire:" en ce qui me concerne vous êtes le premier".

Déjà en 1968 il était farouchement opposé à la consommation automobilistique et avait préféré marcher à pied du Canada au Chili en trois années de voyage aventureux avec sac à dos et appareil photo pour tout viatique. Dix ans plus tard, contraint pour des raisons professionnelles de conduire des engins motorisés, il passa son permis sans débourser un centime, grâce à un stage de formation de chauffeur poids lourd; ce nouveau métier au volant d'un 35 tonnes ne dura que 15 jours. Mais il avait, comme tout le monde, obtenu son permis.Depuis, il a conduit des véhicules de location ou d'entreprise dans divers pays d'Afrique et d'Amérique du Sud sans accident; même au Vénézuela et au Brésil où les fous du volant morts sur l'asphalte sont nombreux; hélas comme son père, d'ailleurs.

deuche.jpg

Sa deuche achetée d'occasion avec 10 000km à un coopérant qui repartait à l'étranger n'a jamais vu de garagiste si ce n'est pour remplacer les pneus. Sa dernière tentative pour une consultation chez un mécanicien, en Juillet dernier, avant de la passer au contrôle technique, a été un échec:" moi je ne mets pas les mains la dedans" a-t-il dit fièrement. Vers les 200 000km il a changé les segments et rodé les soupapes, de ce moteur Citroen deux cylindres simple à démonter comme un jeux de mécano, sans rien connaitre à la mécanique si ce n'est les vis et clefs de cette boite bleue et jaune apportée par le père Noël.Son fils qui a fait HEC affirme que des individus comme lui devraient être mis sous surveillance, au moins réduit au silence, car s'il devenait des exemples surtout pour les jeunes générations, tout notre système économique serait en danger.Lui préfère garder l'anonymat; la révolution c'est du passé et il ne veut pas s'inscrire au livre des records. Mais s'il pouvait avoir la confirmation qu'il est bien le seul citoyen français à n'avoir acheté qu'une seule voiture durant une existence plus que soixantenaire sur terre, il aurait le sentiment de ne pas avoir complétement perdu la
guerre puisque le "combat cessa faute de combattant".
Peut-on lui donner raison?

Partager cet article

14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 11:07

Partager cet article

8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 22:06
Faut en profiter et le faire partager car cela ne dure pas longtemps, comme le bonheur        photo guy capdevill

Faut en profiter et le faire partager car cela ne dure pas longtemps, comme le bonheur photo guy capdevill

Pas trop bouger mais beaucoup regarder; c'est juste à mes pieds

Pas trop bouger mais beaucoup regarder; c'est juste à mes pieds

Pour les commentaires, c'est du blé qui vient d'être recolté et derriére du jaune tournesol. Au premier plan la vigne de Lucien qui travaille tout à la main.

Pour les commentaires, c'est du blé qui vient d'être recolté et derriére du jaune tournesol. Au premier plan la vigne de Lucien qui travaille tout à la main.

Mais c'est l'heure de regarder la télé, le film a commencé.

Mais c'est l'heure de regarder la télé, le film a commencé.

Et pourtant la lumiére est si belle en jaune et vert, au couchant, sur la vallée de SaintOrens

Et pourtant la lumiére est si belle en jaune et vert, au couchant, sur la vallée de SaintOrens

Partager cet article

Présentation

  • : photojournalisme
  • photojournalisme
  • : photographe de presse fut mon premier métier et ce sera mon dernier bénévolat
  • Contact

Recherche

Pages