17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 19:44

un avion, un train et des autos, ensemble et vite vu.

Partager cet article

Guy Capdeville - dans transport
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 17:38

Pas étonnant que les 2cv ne roulent plus, la mienne si . Je viens de lui donner de nouveau l'assurance de rouler sur les routes de France

  Cette fois, il a fallu lui mettre un démarreur neuf et une pompe à essence à 30 euros. 

Mais elle est devant la porte , prête pour de nouvelles chevauchées sur les collines du Gers.

Dans les descentes, c'est roue libre.

Née en 1976, elle est classée " véhicule de collection".

Nous sommes "hors d'âge" comme l'Armagnac et nous roulons avec modération.

photo guy capdeville

deucheEt quel plaisir de retrouver le printemps, aprés six mois de chaleur tropicale et de mettre de l'essence dans le moteur, comme tout le monde. Un sentiment de redevenir normal, sur  terre, pas dans l'eau.

Vive la vie en 2 Cv , ma seule automobile et derniére, avant le cimetiére.consomation

Partager cet article

12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 12:29

PFG  Pompes Funébres Générales 

 

                                                                                               photo guy capdeville 

Sa décision n'a pas été facile: il a acheté une concession éternelle de deux mètres carrés dans un petit cimetière d'une commune française, face aux Pyrénées son pays d'origine , la terre de ses ancêtres. Après avoir parcouru le monde, vécu en Afrique, au Moyen Orient, surtout en Amérique latine plus de vingt ans, construire sa tombe en granit du Brésil marquait pour lui la fin d'un long périple

Un  contrat mortel'

Ce monument funéraire faisait partie d'une série de cinquante qui lui avait été commandé par les Pompes Funèbres Genérales, les PFG, fin des années 80. A l'époque il vivait au Brésil et exportait des blocs de granit brut d'une carrière qu'il avait ouverte en 1987 dans l'état de Bahia, et fabriquer des caveaux, même si personne dans ce vaste pays ne faisait ce genre d'articles , ne lui paraissait pas impossible. Muni de ce contrat en bonne et due forme des P.F.G, il créa avec une entreprise locale une unité de production qui façonna toutes les pièces et expédia le container. Arrivés au Havre, le responsable des achats PFG refusa le chargement pour malfaçon.

le tueur des Pompes Funébres: Francis Soifard

Ce jour là, il avait sur les bras 50 monuments funéraires qui pesaient chacun une tonne et des dettes dans tous les ports. Mais il savait que la commande avait été bien exécutée et quand il apprit que le motif du refus venait d'une menace de grève générale des granitiers Français qui protestaient contre l'importation de monuments prêt à l'emploi en provenance du Brésil, il récupéra le chargement et le stocka en lieu sur.

Il entreprit de les vendre un par un, au tarif français, c'est à dire le double de l'offre initiale et après 5 ans d'efforts dans un commerce difficile trés surveillé par les mairies, il remboursa ses dettes. Mais il garda une pierre tombale pour lui.

Aujourd'hui, il réalise qu'il lui sera très difficile de vivre ses vieux jours en France surtout quand les rigueurs de l'hiver obligent à dépenser plus pour se chauffer, s'habiller, se chausser, s'alimenter et que les impôts locaux ne cessent d'augmenter.

Revivre au soleil.

Il sait que d'autres vieux sagittaires ont fait le choix de vivre à l'étranger, dans un village au bord de la mer sous les cocotiers, là où les loyers sont bons marchés et la nourriture de qualité. Le seul problème: avoir la santé, sinon il vaut mieux rester avec la carte vitale et le SAMU à proximité.

Mais finalement, il a fait son choix et il préfère finir sa vie sous les tropiques. Il souhaite vendre ce dernier monument et acheter son billet d'avion.

Jamais personne n'a vendu quoi que ce soit dans un cimetière et ce genre de commerce n'existe pas; face à cette innovation, il a quand même obtenu de la mairie un semblant d'accord de transfert de nom de propriétaire de la parcelle, et du marbrier local une mise en vente d'une tombe toute prête à l'emploi à moitié prix.

Il espère trouver rapidement un acquéreur et partir au plus vite vers l'hémisphère Sud; un vrai sac de noeuds.

 

Partager cet article

7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 18:35

Ils vivent au bord de la mangrove où ils trouvent leur nourriture bio. Pas d'électricité, pas d'eau courante, pas de gaz, une simple marmite pour faire cuire sur trois pierres avec des brindilles de bois des petits coquillages qu'elle nettoie un par un. Ils n'ont pas de voisin sinon des oiseaux, des crabes et des poissons. Leur maison est construite en matériaux recyclables offerts par la nature environnante, calme, paisible et changeante au gré de la marée .


photos guy capdeville-bahia
 

pauvre-gens.jpgTout est paisible, le temps n'a pas d'horloge, il revient avec sa pirogue et son chargement de crabes qu'il pourra vendre aux automobilistes de passage pour acheter les piles de son transistor

pauvre-gens4.jpgAvec une machette, leur  outil à tout faire, ils ont construit leur petite maison de bois et de torchis . Elle leur rend visite de temps en temps.


pauvre-gens3.jpgP1100545Mais elle repartira en ville pour lui payer ses études.

Partager cet article

Guy Capdeville - dans bresil
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 07:11

P1010554

photo guy capdeville

      Tant qu'il y aura des crabes ici on aura toujours de quoi se nourrir sans avoir besoin d'aller au supermarché. Certains spécialistes de la ceuillette des 'caranguejos' dans la vase de la mangrove qui encercle l'intérieur de l'île, viennent le dimanche sur la place du village pour les vendre à la douzaine aux citadins venus passer le week end à la plage. 

Hélas, ici aussi , les élevages de crevettes pour ceux qui veulent gagner de l'argent rapidement réduisent chaque jour un peu plus le territoire des crabes et des crevettes sauvages. Un processus irréversible, encouragé par les banques et motivé par le désir de chacun d'avoir une automobile pour aller au supermarché, en ville.

Partager cet article

Guy Capdeville - dans bresil
commenter cet article
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 15:16

A cette heure la marée descend. Je pars du bas et je vais vers le haut: la sortie de la baie. Jusqu´au banc de sable. deux kilométres. Et je reviens avec la marée montante

C'est l'heure d'aller nager. Ta na hora  de nadarC'est l'heure d'aller nager. Ta na hora  de nadar

Partager cet article

Guy Capdeville - dans santé
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 16:30

LE PLUS PETIT VILLAGE FORTIFIÉ 
De France honoré pour son civisme. Vas-t-on y respecter la démocratie?

Latitude Longitude (43.901996, 0.420028)

La Marianne du Civisme vient d'être attribuée à notre commune par l'association des Maires Ruraux de France avec un premier prix pour son pourcentage de participation record aux élections européennes de 2009. Nous sommes cent trente inscrits sur la liste électorale et depuis la révolution française, date à laquelle une partie du château est devenue mairie, nous gardons notre attachement aux valeurs de la république qui vont chercher plus loin dans le temps leurs origines. En fait, dés le douzième siècle, ce village fortifié, avec son château, ses maisons habitées à l'intérieur des remparts, était déjà un tout homogène, sûrement grâce à son architecture, où le seigneur et autres propriétaires des murs devaient vivre en bonne intelligence pour faire face à toutes les menaces"extra muros"..La "chose" publique dans cet espace réduit était une nécessité quotidienne qui faisait appel au bon sens de chacun pour vivre et permettre à tous d'exister, toutes générations confondues.
La révolution industrielle et la dernière guerre ont failli désertifier ce village qui, après huit cents ans d'existence continue, n'était plus que ruine en 1960 et n'abritait plus que quelques personnes âgées. Une première bande de jeunes en rupture sociale en 1965 a investi les lieux ; depuis la restauration et la mise en valeur de ce patrimoine inestimable de l'histoire de France est entre les mains de tous ces citoyens. Je ne vous dirais pas leurs noms car ils préfèrent être reconnus plutôt que connus et ils disent tout simplement merci à Marianne
Ps- la cérémonie a eu  lieu le 24 Avril à 11h dans la salle municipale avec Mr. Le Président de l'association des maires du Gers et M Philippe Martin, futur minitre

Partager cet article

27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 16:05

Elle avait un bàteau de pêche en mer et il était son marin. Un terrible accident de voiture l' a clouée sur un lit pendant plus d'un an aprés trois jours de coma. Une équipe de chirurgien du Sarah l'a rafistolée de plaques et vis dans tous ses membres: plus de soixantes fractures et sa colonne vertébrale brisée. D'une volonté à toute épreuve, elle remarche avec son déambulateur et tous les jours à quatres heures du matin elle fait ses exercices de musculation. Elle reste deux heures avec de la glace sur les épaules et le bassin. Elle fait des glaces et une exellente cuisine. C'est Dona Léticia.

Lui c'est Dinho, toujours pécheur dans les eaux de la Baie de Tous les Saints.

Ils ne s'étaient pas revus depuis longtemps; la vie continue comme avant à Bahia, main dans la main au quotidien. Noir, blanc,humain.

Le Brésil que j'aime: um pais de todos

Partager cet article

Guy Capdeville - dans bahia
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 18:58

TODO BEM NEGONA......?    Un rire éternel, l' Afrique.Elle ne vieillit pas et pourtant c'était à Fas payote dans la banlieue de Dakar en 1973 avec mon Nikon et une TriX 400 et 40 ans plus tard,                                          photo guy capdeville


 r2-copie-1.jpg                                  Elle se marre tout le temps et tout un continent avec elle.

                       

                                                                     Quelle rigolade.

Partager cet article

Guy Capdeville - dans culture
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 07:32
Toda uma vida para juntar riquezas e deixar todo no lixo até os carros de coleçao

Toda uma vida para juntar riquezas e deixar todo no lixo até os carros de coleçao

Partager cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog