Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 15:46
Aujourd'hui c'est l'automne

Aujourd'hui c'est l'automne

VUE LE MATIN photo NICKY

La vallée à nos pieds

La vallée à nos pieds

Vers 8h30 ce jour là

Vers 8h30 ce jour là

Au loin Les Pyrénées sont bouchées

Au loin Les Pyrénées sont bouchées

Et le soir ça s'éclaire

Et le soir ça s'éclaire

Et la nuit arrive sur terre

Et la nuit arrive sur terre

photographe Nicky Hébrard

12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 22:22

Aujourd'hui grâce à Google map, je vois que la vallée du haut Tipuani- Bolivie n'est plus habité; pourtant quand j'y étais en 1969, nous étions nombreux à y vivre.

Tous cherchaient des pépites jaunes dans le lit du torrent; et il y en avait pour tout le monde.

Il me semble distinguer un bulldozer sur les berges, dans hangars et une clôture qui encercle l'ancienne mine. Ce doit être une grosse entreprise, avec de gros moyens pour faire ça.

Dans ce campement installé sur les flancs de la vallée du haut Tipuani, pris à la jungle bolivienne avec des machettes et construit à la hâte de bâches de plastic tendues sur des morceaux d'arbres, tous les habitants ont des pépites d'or dans leurs poches.

Ici l'argent en billet ou piéce n'existe pas. Tous les commerçants qui présentent leurs marchandises sur la place centrale ont devant leurs étals une petite balance à trébuchet pour peser le prix fixé en grammes d'or 24 carats. Tous les autres grattent le lit de la riviére, jour et nuit, pour ramasser des pépites.

Nous sommes arrivés là aprés une semaine de marche depuis la nevada de Ancohuma à 5500 métres d'altitude et tous étaient surpris de nous voir vivant. Pour eux ce chemin était impraticable, mais on l'avait fait. On était des miraculés surtout la "pobre señora" et chacun nous donnait un peu d'or pour acheter notre papier hygiénique et notre dentifrice. On devait partager leurs repas et comme tous nous voulaient à leur table on faisait plusieurs festins par jour avec les viandes de la forêt cuites à l'eau de la riviére.

Mais c'est une longue histoire et la suite sera pour plus tard, si elle vous intéresse...P1060465.jpg

SUR LA ROUTE EN 1969

SUR LA ROUTE EN 1969

les vrais habitants depuis plus de 5 000 ans mais ils n'ont au un titre de propriété pour justifier leur droit d'exister là

9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 15:10
Une majorité d'américains a choisi son président pour laquelle l'humanité et la vie sur terre a commencé il y a 6000 ans

Une majorité d'américains a choisi son président pour laquelle l'humanité et la vie sur terre a commencé il y a 6000 ans

L'Amérique aux vrais américains: les ricains de toujours.                                                              " C'était vrai, ce qu'il m'expliquait qu'on prenait n'importe qui chez Ford. Il n'avait pas menti.. A poil qu'on nous a mis pour commencer, bien entendu..." Vous êtes bien mal foutu, qu'a constaté l'infirmier en me regardant d'abord, mais ça ne fait rien."...."Pour ce que vous ferez ici, ça n'a pas d'importance comment vous êtes foutu! m'a rassuré le médecin examinateur, tout de suite.
-Tant mieux que j'ai répondu moi, mais vos savez, monsieur, j'ai de l'instruction et même j'ai entrepris autrefois des études médicales...
Du coup, il m'a regardé avec un sale oeil...
"ça ne vous servira à rien vos études, mon garçon! Vous n'êtes pas venu ici pour penser, mais pour faire ls gestes qu'on vous commandera d'exécuter... Nous n'avons pas besoin d'imaginatifs dans notre usine. C'est de chimpanzés dont nous avons besoin... Un conseil encore. Ne nous parlez plus jamais de votre intelligence! On pensera pour vous mon ami! Tenez-vous-le pour dit." Voyage au bout de la nuit Céline 1952

8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 12:25
Guy Capdeville
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 12:19
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard

En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016 photos Nichy Hébrard

8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 21:14
Nous sommes en 5`A au Lycée Bernard Palissy à Agen; ce devrait être en 1960. Qui m'aidera à retrouver tous nos noms

Nous sommes en 5`A au Lycée Bernard Palissy à Agen; ce devrait être en 1960. Qui m'aidera à retrouver tous nos noms

8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 21:07
Jardhidro ça continueJardhidro ça continue
Jardhidro ça continue
O problema nas terras pobres da Bahia é: as formigas. Muitas vezes a gente se anima para plantar hortaliças e no chega até uma colheta porque as formigas cortadoras acabarom com o plantio. Por isso, nos tropicos, os caqueros som colocados fora do chao
O problema nas terras pobres da Bahia é: as formigas. Muitas vezes a gente se anima para plantar hortaliças e no chega até uma colheta porque as formigas cortadoras acabarom com o plantio. Por isso, nos tropicos, os caqueros som colocados fora do chao
O problema nas terras pobres da Bahia é: as formigas. Muitas vezes a gente se anima para plantar hortaliças e no chega até uma colheta porque as formigas cortadoras acabarom com o plantio. Por isso, nos tropicos, os caqueros som colocados fora do chao
O problema nas terras pobres da Bahia é: as formigas. Muitas vezes a gente se anima para plantar hortaliças e no chega até uma colheta porque as formigas cortadoras acabarom com o plantio. Por isso, nos tropicos, os caqueros som colocados fora do chao
O problema nas terras pobres da Bahia é: as formigas. Muitas vezes a gente se anima para plantar hortaliças e no chega até uma colheta porque as formigas cortadoras acabarom com o plantio. Por isso, nos tropicos, os caqueros som colocados fora do chao
O problema nas terras pobres da Bahia é: as formigas. Muitas vezes a gente se anima para plantar hortaliças e no chega até uma colheta porque as formigas cortadoras acabarom com o plantio. Por isso, nos tropicos, os caqueros som colocados fora do chao

O problema nas terras pobres da Bahia é: as formigas. Muitas vezes a gente se anima para plantar hortaliças e no chega até uma colheta porque as formigas cortadoras acabarom com o plantio. Por isso, nos tropicos, os caqueros som colocados fora do chao

19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 11:02
Ouvrir le chemin d' Spazzacamino
Quelques seize heures d'autobus, d'Agen à Turin avec Flixbus, m'ont conduit à Stresa, au bord du lac Majeur en Italie du nord dans le Piémont. De Arona par la route qui longe la berge on est arrivé à Stresa avec ses feux rouges et ses palaces; en prenant sur la gauche, dans un magnifique parc fleuri, un rassemblement étrange d'hommes vêtus de noir, certains avec des chapeaux haut de forme, verre à la main, parlaient en plusieurs langues. Intrigué, mon chauffeur m'explique qu'il s'agit du congrès des spazzacamino l'assemblée annuelle des ramoneurs venus du monde entier.
Ouvrir le chemin d' Spazzacamino

Quelle coïncidence; j'avais entendu parler une fois dans des réunions de famille lointaine, à Paris, que mon grand père maternel, parfait inconnu, avait quitté la Savoie, à pied, très jeune, pour aller à la capitale, ramoner des cheminées. Il était très pauvre, sans famille, et ce métier assurait sa survie: comme tous les autres spazzacamino pouvaient en témoigner.

Si je n'étais pas aller à Stresa ce jour là, à cette heure, qui m'aurait aider à retrouver ce chemin.

Ouvrir le chemin d' Spazzacamino
Souvent je me suis demandé comment j'ai pu vivre aussi facilement plusieurs années et dans plusieurs pays avec seulement mon sac sur le dos. Bizarrement, j'ai ressenti une lointaine fibre, peut-être héréditaire, qui me dictait la marche à suivre, jusque sur les hauts plateaux désertiques des Andes, comme à San Francisco, Caracas ou Bengazhi.

Mais dans le regard bleu de ce petit ramoneur qui illustre le dépliant du Musée de Santa Maria Maggiore s'ouvre aussi l'horizon de grands espaces sur le chemin de la liberté que rien n’achète. Nanda manachi

Je cherchais mon chemin, aprés Uyuni vers le " salar de la laguna de Coïpasa"; encore deux jours de marche pour arriver à Chipayas.

Je cherchais mon chemin, aprés Uyuni vers le " salar de la laguna de Coïpasa"; encore deux jours de marche pour arriver à Chipayas.

18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 10:23
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 22:00
Sur les eaux  du Lac Majeur dans leur écrin alpin. Une visite à l'Isla dos Pescatores, la découverte d'un joyau.

Sur les eaux du Lac Majeur dans leur écrin alpin. Une visite à l'Isla dos Pescatores, la découverte d'un joyau.

Des centaines de touristes ne savent plus ou regarder et ils arrivent en troupeaux, sortis des bateaux

Des centaines de touristes ne savent plus ou regarder et ils arrivent en troupeaux, sortis des bateaux

Et achétent un souvenir, inoubliable

Et achétent un souvenir, inoubliable

Présentation

  • : photojournalisme
  • photojournalisme
  • : photographe de presse fut mon premier métier et ce sera mon dernier bénévolat
  • Contact

Recherche

Pages