Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 20:24
Cet arbre sur la place du château était centenaire. En 2001 au mois de Juin, la foudre l'a fendu par le milieu. Il ne restait plus qu'à le couper en morceaux et en planter un autre. Le jour du tronçonage j'ai demandé au bucheron de service de couper le tronc à hauteur du genoux, ce qu'il a fait. A l'automne il y avait plusieurs repoussent et j'en ai selectionné trois ou quatre. au pritemps suivant les drageons avaient grandi et j'ai fait une nouvelle sélection des plus robustes. L'année suivante une repousse atteignait deux métres de haut; trés fragile, chargé de séve, le moindre souffle pouvait le casser. Un voisin en mon absence a mis un tuteur et depuis il n'arrête pas de grandir. On peut le voir aujourd'hui, devant chez moi, il a juste quinze ans; c'est exeptionnel une telle vitalité pour un arbre de cet âge. En fait il a profité des racines du platane centenaire pour recommencer une nouvelle vie. Ah, si les hommes pouvaient faire la même chose!  Hélas même la deux chevaux à qui il faisait de l'ombre depuis quarante ans a du subir la loi des autorités locales et déguepir prés du cimetiére   à du partir

Cet arbre sur la place du château était centenaire. En 2001 au mois de Juin, la foudre l'a fendu par le milieu. Il ne restait plus qu'à le couper en morceaux et en planter un autre. Le jour du tronçonage j'ai demandé au bucheron de service de couper le tronc à hauteur du genoux, ce qu'il a fait. A l'automne il y avait plusieurs repoussent et j'en ai selectionné trois ou quatre. au pritemps suivant les drageons avaient grandi et j'ai fait une nouvelle sélection des plus robustes. L'année suivante une repousse atteignait deux métres de haut; trés fragile, chargé de séve, le moindre souffle pouvait le casser. Un voisin en mon absence a mis un tuteur et depuis il n'arrête pas de grandir. On peut le voir aujourd'hui, devant chez moi, il a juste quinze ans; c'est exeptionnel une telle vitalité pour un arbre de cet âge. En fait il a profité des racines du platane centenaire pour recommencer une nouvelle vie. Ah, si les hommes pouvaient faire la même chose! Hélas même la deux chevaux à qui il faisait de l'ombre depuis quarante ans a du subir la loi des autorités locales et déguepir prés du cimetiére à du partir

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : photojournalisme
  • photojournalisme
  • : photographe de presse fut mon premier métier
  • Contact

Recherche

Pages