Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 11:29

PFG  Pompes Funébres Générales 

 

                                                                                               photo guy capdeville 

Sa décision n'a pas été facile: il a acheté une concession éternelle de deux mètres carrés dans un petit cimetière d'une commune française, face aux Pyrénées son pays d'origine , la terre de ses ancêtres. Après avoir parcouru le monde, vécu en Afrique, au Moyen Orient, surtout en Amérique latine plus de vingt ans, construire sa tombe en granit du Brésil marquait pour lui la fin d'un long périple

Un  contrat mortel'

Ce monument funéraire faisait partie d'une série de cinquante qui lui avait été commandé par les Pompes Funèbres Genérales, les PFG, fin des années 80. A l'époque il vivait au Brésil et exportait des blocs de granit brut d'une carrière qu'il avait ouverte en 1987 dans l'état de Bahia, et fabriquer des caveaux, même si personne dans ce vaste pays ne faisait ce genre d'articles , ne lui paraissait pas impossible. Muni de ce contrat en bonne et due forme des P.F.G, il créa avec une entreprise locale une unité de production qui façonna toutes les pièces et expédia le container. Arrivés au Havre, le responsable des achats PFG refusa le chargement pour malfaçon.

le tueur des Pompes Funébres: Francis Soifard

Ce jour là, il avait sur les bras 50 monuments funéraires qui pesaient chacun une tonne et des dettes dans tous les ports. Mais il savait que la commande avait été bien exécutée et quand il apprit que le motif du refus venait d'une menace de grève générale des granitiers Français qui protestaient contre l'importation de monuments prêt à l'emploi en provenance du Brésil, il récupéra le chargement et le stocka en lieu sur.

Il entreprit de les vendre un par un, au tarif français, c'est à dire le double de l'offre initiale et après 5 ans d'efforts dans un commerce difficile trés surveillé par les mairies, il remboursa ses dettes. Mais il garda une pierre tombale pour lui.

Aujourd'hui, il réalise qu'il lui sera très difficile de vivre ses vieux jours en France surtout quand les rigueurs de l'hiver obligent à dépenser plus pour se chauffer, s'habiller, se chausser, s'alimenter et que les impôts locaux ne cessent d'augmenter.

Revivre au soleil.

Il sait que d'autres vieux sagittaires ont fait le choix de vivre à l'étranger, dans un village au bord de la mer sous les cocotiers, là où les loyers sont bons marchés et la nourriture de qualité. Le seul problème: avoir la santé, sinon il vaut mieux rester avec la carte vitale et le SAMU à proximité.

Mais finalement, il a fait son choix et il préfère finir sa vie sous les tropiques. Il souhaite vendre ce dernier monument et acheter son billet d'avion.

Jamais personne n'a vendu quoi que ce soit dans un cimetière et ce genre de commerce n'existe pas; face à cette innovation, il a quand même obtenu de la mairie un semblant d'accord de transfert de nom de propriétaire de la parcelle, et du marbrier local une mise en vente d'une tombe toute prête à l'emploi à moitié prix.

Il espère trouver rapidement un acquéreur et partir au plus vite vers l'hémisphère Sud; un vrai sac de noeuds.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

valy 04/09/2012 10:50

"Mais finalement, il a fait son choix et il préfère finir sa vie au Brésil. Il souhaite vendre ce dernier monument et acheter son billet d'avion."....Mon passage préféré ds ton toujours si bien
écrit texte...PS: Petite idée pour vendre ton "caveau": mettre une annonce à l entrée du cimetière, une autre à la mairie...et, pourquoi pas, une dernière sur le bon coin....Enfin, pour ce que j en
dis... Je t embrasse !

nora bergmans 18/02/2010 23:03


cher guy¨ JÀI trouve ton article sur les tombeaux et le tien a mourire de rire..si je n'avais pas le desir comme toi de passer la retraite dans une case sous un cocotier,je t'aurai acheter la place
et le tombeau avec plaisir mais tu vois...je sais et encore plus depuis que j'ai lu ton article ci dessous,combien on a des emmerdes des qu'on posede quelque chose alors..bravo et bonne chance, je
ne suis pas sur mon clavier alors excuses pour les erreurs!


Présentation

  • : photojournalisme
  • photojournalisme
  • : photographe de presse fut mon premier métier
  • Contact

Recherche

Pages