Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 11:22

Guy Capdeville Cela fait beaucoup de bien de relire ça, ce matin. Énormément, après une si "petite" photo. Les Andes j'y suis passé et j'y ai vécu à plus de quatre mille mètres. Comment vivre là? Qui peut accepter de rester et résister à de telles températures. Prés de cinquante degrés d'amplitude thermique entre le jour et la nuit; mais moins d'une heure suffit pour transformer le corps en glace dans le froid nocturne. Et pourtant des hommes et des femmes, des enfants vivent là. Ils sont des Aymaras et ceux qui restent le plus haut font parti des Chipayas. Ils nous ont accueilli car on est arrivé à pied après une semaine de marche. Peu de vieux dans cette dernière tribu perdue du fond de l'altiplano andin. A leur contact j'ai appris que parfois ils faisaient des fêtes, en fait des réunions, où certains chantaient, mâchaient de la coca ou buvaient de l'alcool. Je me souviens de ces bidons peints en violet, du carburant éthylique. Enfin de soirée, certains rentraient chez eux mais n'y arrivaient pas. Titubant, ils tombaient par terre et on les retrouvait au matin raide mort " Asi muerren los indios" m'a t'on dit Le fait est, je crois qu'ils ont disparu aujourd'hui. Quant au pilote de l'aéropostale, un surhomme, je crois qu'il n'aurait pas survécu s'il avait eu une gourde d'alcool à bord. Contrairement à ce que croient les Suisses avec leurs chiens d'avalanche et leurs colliers avec un petit tonneau. Merci Alain Keler

                                                                                                          photo guy capdeville 1970 Bolivie Chipayas

Question d'actualité : combien de téléphone portable avez-vous acheté depuis que vous l'avez adopte? 1-2-5-10 ? Peu importe,a chaque fois,vous avez eu, avec votre portable,une batterie au lithium. Et ce petit morceau de métal rare vient surement de Bolivie. Ce pays possède 50% des réserves mondiales. Le précieux minerais se trouve dans l'altiplano a 4000m d'altitude,au Sud du lac Popo,sur la laguna de Coipasa.

 

Ce désert de sel, plat et gelé la nuit,que de rares pluies inondent sur des centaines de kilomètre carré en quelques heures, avec des températures diurnes de +25° et nocturnes de -15°, sans arbres ni végétaux sauf ceux qui peuvent pousser sous terre,des plantes racines, est le territoire des Chipayas. Depuis des milliers d'années, ils sont quelques centaines a vivre,hommes femmes enfants vieillards,dans des maisons rondes type igloo, faites de parpaings de terre et de sel, avec un toit coupole fait de chaume cousu qui doit résister à des vents de plus de 100km/h.

 

Ils parlent une langue différente de leur voisin proche, Quetchua ou Aymara,et sont fiers de leur différence qui suscite méfiance et crainte. A l'époque, pour les approcher, nous avons marché plus d'une semaine à travers ce désert brulant et gelé,vers la frontière chilienne a l'ouest, sans route ni repère, aucun hameau ou village pour bivouaquer. Seule la marche pouvait nous sauver.

 

Guy capdeville en route vers le lithium. Photo Nicky H.

 

 

Heureusement notre endurance était forgée par plusieurs années de marche, du Canada au Pérou, avec sac a dos et appareil photo, et quand les Chipayas nous ont vu arriver, ils nous ont accueilli avec des rires des enfants, propose de la soupe de quinoa avec de la viande séchée de flamand rose, et nous offrirent un lit en terre crue couvert de peaux d'alpaca et de laine de vicugna pour dormir au chaud.

 

Maintenant,ces Chipayas, avec ce trésor sous leur pied, vont-ils être riche,avec des 4/4 , des hélicoptères et des casinos,ou vont-ils disparaitre?

 

P.S: Le lithium sert aussi pour soigner la dépression en neurologie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires