Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 12:42
ICI C'EST LE SERTAO, DANS LE NORD-EST DU BRESIL
Repost 0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 19:32
Sauf celui qui vient tous les matins nettoyer la piscine. Il ne sait ni lire ni écrire et n'a pas envie dapprendre mais il connait tous les noms des oiseaux et des plantes qui poussent ici dans la "catingaga". Cette savane séche couverte d'épines où il ne pleut que quelques jours par an. Il se souvient de cette terre natale quand la riviére du Gaviao était pleine d'eau et de poisson. C'était il y a trente ans;

Sauf celui qui vient tous les matins nettoyer la piscine. Il ne sait ni lire ni écrire et n'a pas envie dapprendre mais il connait tous les noms des oiseaux et des plantes qui poussent ici dans la "catingaga". Cette savane séche couverte d'épines où il ne pleut que quelques jours par an. Il se souvient de cette terre natale quand la riviére du Gaviao était pleine d'eau et de poisson. C'était il y a trente ans;

Repost 0
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 11:02

photo guy capdeville Bolivie

Ce matin j'ai lu, 2,2 milliards de pauvre sur terre en 2014. Déjà en 1970 je trouvais qu'il y en avait beaucoup le long des routes et des chemins d'Amérique du Sud mais ce n'était pas des misérables. Ils nous accueillaient toujours avec le sourire, nous recevaient bien, et cette chaleur humaine était plus réconfortante que les rencontres faites lors de précédents voyages chez les "civilisés", grands consommateurs d'aliments toxiques, d'énergies non renouvelable et adeptes du béton et du bitume pour choisir à se loger.

Je n'ai jamais montré cette photo, facile à lire, pour illustrer le dénuement des Quichuas et Aymar as de la cordillère et des hauts plateaux des Andes.

Ce n'était pas cela La Bolivie, mais aujourd'hui notre misère est mondiale, identique et sordide dans tous les pays, développés ou pas

mes archives d'Amérique

mes archives d'Amérique

Repost 0
Guy Capdeville - dans amérique
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 17:43
photo Nicky Hebrard.- 1970

photo Nicky Hebrard.- 1970

Faut partir, la décision est prise, on passe à l'acte, on s'arrache. Question de survie, impossible de continuer à rester là. On ne sait pas trop où l'on va, mais on y va.

Tout quitter, famille, patrie, amis, un toit. En route vers l'inconnu avec un baluchon au bras, tout ce que l'on a et juste un espoir: pouvoir trouver mieux ailleurs. C'était en 1968,

Certains disent " tu reviendras"; les sédentaires veulent croire au retour mais en fait on ne sera plus jamais comme eux.

Être migrant c'est devenir un migrateur, comme les oiseaux; la terre n'a plus de frontière, on se l'approprie peu à peu au fil des besoins du quotidien, par nécessité.

On devient citoyen du monde, et même si un jour on s'installe quelque part on sera toujours celui "qui n'est pas d'ici", différent des autres, des bons citoyens qui naissent, travaillent et meurent au même endroit. La majorité silencieuse ne nous aiment pas. Ils vivent entre béton et bitume.

Tant pis pour eux , nous sommes de plus en plus nombreux partout sur terre et tous frères, car être migrant c'est gravé dans nos cœurs pour la vie entière.

photo nicky Hébrard 30-12-2016

photo nicky Hébrard 30-12-2016

Repost 0
Guy Capdeville - dans actu
commenter cet article
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 11:13
photo guy capdeville Cacha Pregos

photo guy capdeville Cacha Pregos

Ce matin comme hier, deux heures de nage, jusqu'au banc de sable, et la journée restera au même rythme du tempo quotidien. Se lever aux premières lueurs avant six heures du matin pour enfiler un short et chausser des tongs. Marcher le long de la plage jusqu'à la boulangerie du village boire un café et croquer un petit pain chaud avec jus d'orange pressée ou tranche d'ananas, mangue ou goyave. Écouter ou parler aux autre clients, de sept à soixante dix sept ans, et revenir par le même bord de mer, pour savoir si la marée monte ou descend, jusqu'à la "casa" où les nouvelles du jour m'attendent sur Internet Wifi.

Avant huit heures,  maillot de bain, teeshirt et lunette de natation pour aller nager jusqu'au banc de sable, toujours vierge de présence humaine, et selon le sens du courant partir au large. Vers les dix heures, revenir sur le sable du bord du village pour voir si les pêcheurs à la pirogue ont du poisson frais; acheter sur le champ, en liquide ou à crédit,la pêche du matin à la pièce pour quelques réales et revenir au domicile pour cuisiner le repas du jour.

Petite vaisselle et rapide ouverture de l'ordi avant la sieste car il est impossible de bouger tant la chaleur est forte. Tout effort provoque des sueurs abondantes; mieux vaut s'allonger, rester immobile, rêver, bercer par le bruissement des palmes de cocotier. Le vacarme des chants d'oiseaux, surtout des perroquets, avec le déclin du soleil informe que l'heure est venue de repartir vers la plage pour nager au large du " Leo do Mar" jusqu'au couchant et profiter des milles couleurs visibles entre le ciel et l'eau.

Un peu sonné par l'effort soutenu de ces promenades aquatiques, une bonne douche d'eau douce et tiède prépare à l'ultime marche jusqu'au village pour acheter quelques provisions avant la tombée de la nuit. Puis s'endormir, nu, sous la moustiquaire, caressé par la brise nocturne qui entre par porte et fenêtre grande ouverte.

Vivement que je devienne riche pour pouvoir l'acheter cette île et être enfin heureux

Mais c'est toujours sur Itaparica

Repost 0
Guy Capdeville - dans misére
commenter cet article
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 15:46
Aujourd'hui c'est l'automne

Aujourd'hui c'est l'automne

VUE LE MATIN photo NICKY

La vallée à nos pieds

La vallée à nos pieds

Vers 8h30 ce jour là

Vers 8h30 ce jour là

Au loin Les Pyrénées sont bouchées

Au loin Les Pyrénées sont bouchées

Et le soir ça s'éclaire

Et le soir ça s'éclaire

Et la nuit arrive sur terre

Et la nuit arrive sur terre

photographe Nicky Hébrard

Repost 0
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 22:22

Aujourd'hui grâce à Google map, je vois que la vallée du haut Tipuani- Bolivie n'est plus habité; pourtant quand j'y étais en 1969, nous étions nombreux à y vivre.

Tous cherchaient des pépites jaunes dans le lit du torrent; et il y en avait pour tout le monde.

Il me semble distinguer un bulldozer sur les berges, dans hangars et une clôture qui encercle l'ancienne mine. Ce doit être une grosse entreprise, avec de gros moyens pour faire ça.

Dans ce campement installé sur les flancs de la vallée du haut Tipuani, pris à la jungle bolivienne avec des machettes et construit à la hâte de bâches de plastic tendues sur des morceaux d'arbres, tous les habitants ont des pépites d'or dans leurs poches.

Ici l'argent en billet ou piéce n'existe pas. Tous les commerçants qui présentent leurs marchandises sur la place centrale ont devant leurs étals une petite balance à trébuchet pour peser le prix fixé en grammes d'or 24 carats. Tous les autres grattent le lit de la riviére, jour et nuit, pour ramasser des pépites.

Nous sommes arrivés là aprés une semaine de marche depuis la nevada de Ancohuma à 5500 métres d'altitude et tous étaient surpris de nous voir vivant. Pour eux ce chemin était impraticable, mais on l'avait fait. On était des miraculés surtout la "pobre señora" et chacun nous donnait un peu d'or pour acheter notre papier hygiénique et notre dentifrice. On devait partager leurs repas et comme tous nous voulaient à leur table on faisait plusieurs festins par jour avec les viandes de la forêt cuites à l'eau de la riviére.

Mais c'est une longue histoire et la suite sera pour plus tard, si elle vous intéresse...P1060465.jpg

SUR LA ROUTE EN 1969

SUR LA ROUTE EN 1969

les vrais habitants depuis plus de 5 000 ans mais ils n'ont au un titre de propriété pour justifier leur droit d'exister là

Repost 0
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 15:10
Une majorité d'américains a choisi son président pour laquelle l'humanité et la vie sur terre a commencé il y a 6000 ans

Une majorité d'américains a choisi son président pour laquelle l'humanité et la vie sur terre a commencé il y a 6000 ans

L'Amérique aux vrais américains: les ricains de toujours.                                                              " C'était vrai, ce qu'il m'expliquait qu'on prenait n'importe qui chez Ford. Il n'avait pas menti.. A poil qu'on nous a mis pour commencer, bien entendu..." Vous êtes bien mal foutu, qu'a constaté l'infirmier en me regardant d'abord, mais ça ne fait rien."...."Pour ce que vous ferez ici, ça n'a pas d'importance comment vous êtes foutu! m'a rassuré le médecin examinateur, tout de suite.
-Tant mieux que j'ai répondu moi, mais vos savez, monsieur, j'ai de l'instruction et même j'ai entrepris autrefois des études médicales...
Du coup, il m'a regardé avec un sale oeil...
"ça ne vous servira à rien vos études, mon garçon! Vous n'êtes pas venu ici pour penser, mais pour faire ls gestes qu'on vous commandera d'exécuter... Nous n'avons pas besoin d'imaginatifs dans notre usine. C'est de chimpanzés dont nous avons besoin... Un conseil encore. Ne nous parlez plus jamais de votre intelligence! On pensera pour vous mon ami! Tenez-vous-le pour dit." Voyage au bout de la nuit Céline 1952

Repost 0
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 12:25
Repost 0
Guy Capdeville
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 12:19
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard
En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016        photos Nichy Hébrard

En voiture de 15H30 à 16H le 7 Novembre 2016 photos Nichy Hébrard

Repost 0