Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 19:50
RIO, um sabor de desforra final

Nunca esqueci esse dia de Julho cuando meu pé direito deixo o solo brasileiro; o otro ja estava na escada que conduzia ate o aviao. Me lembro de ter apertar os dentes e jurar de voltar um dia no pais onde meu filho unico nasceu.

Fui deportado, obrigado e forçado pelas autoridades do consulado que confiscarom meu pasaporte cuando chegue na embaixada para declarar o nascimento. Fazia tres anos que eu estava procurado pela justicia francesa por insubmissao ao serviço militar . Essa vez no me deixarom escapar.

Fue o final de uma fantastica aventura, uma grande caminhada do Canada até o Chile com a mochila e a camera fotografica como unico viatico. Atravesamos matos, desertos e savanas dos paises de america latina, pasando as fronteiras longe das estradas e dos caminhos ordinarios. Tinha feito uma casa num cantinho de mato virgem no Alto da Serra, so com madera, terra e sape e de vez em cuando vendia fotos no Jornal da Tarde para comprar fraudas e leite Gloria para o filinho. Estava instalado no Brasil para ficar.

O consul da França me deixo escolher: o ficar apatrida porque no tinha mas identidade o assinar um acto de sumissao. Era em plena ditadura, preferi voltar, sabendo que na chegada em Orly seria refem dos militares sin poder ver meus pais apois tantos anos;

Mais hoje, cuarentas anos mas tarde, volto no punto da saida para ver a familia com meus dois netinhos que estam no Rio onde vam trabalhar os pais; so que eles cuando deixam o aviao vam ficar brasileiros para a vida toda.

Agora no me importa o resultado do mundial no Maracana, sexta feira proxima, venceu a partida, ganhe o jogo de minha vida toda: Brasil.

Repost 0
Guy Capdeville - dans brésil
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 08:28

Le retour au Brésil: toute ma vie.     photo guy capdeville

Quand j'ai été déporté du Brésil aprés la naissance de mon fils à Sao Paulo en 1971 par les autorités françaises de l'ambassade qui m'avaient supprimé mon passeport pour m'envoyer dans un camp disciplinaire de l'armée française pour insoumission, j'ai juré en posant le pied sur l'escalier de l'avion que je reviendrais.

lever-de-jour.jpgLever du jour sur la baie de Guanabara
Plus qu'un jour, une victoire pour moi.
Mon fils est certes brésilien mais mes petits enfants le sont aussi et ils vont vivre à Rio, dés le mois prochain.
Plus de quarante années aprés, la boucle est bouclée

 

 

 

Repost 0
Guy Capdeville - dans bresil
commenter cet article
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 14:23
Descendant d'esclave noir et blanc

photo guy capdeville Porto da Barra- Bahia Br Retrouvé dans mes archives numériques des cartes SD que je n'avais jamais visualisé sur un ordi, le mien. Il a bien fallu que je cotise, moi aussi, à l'entreprise mondiale de connexions informatiques avec trente sept euros mois, pour voir mes archives récentes avec un ordinateur, mon premier, que j'ai acheté cent euros chez mon voisin du château du Tauzia grâce à Ebay;

Le monde change et moi avec, mais j'aurais résisté jusqu'à capitulé, devant l'invasion des "bites" du cloud.

Repost 0
Guy Capdeville - dans brésil
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 07:41

photos guy capdeville                                PÊCHER Á LA PIROGUE

C'était en Décembre 2009. L'année s'annonçait bien pour les derniers pêcheurs sans moteur de l'île d'Itaparica.
peche_bresil_4.jpg

 

 

Le poisson frais arrivait sur la plage du village de Cacha Pregos
peche_bresil_3.jpgDéchargé,pesé,vendu
peche_bresil_2.jpgAvec l'énergie renouvelable
Des bras et des pagaies
peche_bresil.jpgSans taxe ni carburant
Demain ça recommence.
Mais personne n'imaginait que cette journée de péche exeptionnelle serait la derniére: depuis les poissons ont disparus et la pirogue reste sur le sable. Méme les coquillages, il n'y en a plus, sinon des morceaux de coraux morts, echoués avec des poches en plastic parmi les algues aux odeurs d'Arcachon. Là aussi il n'y aplus de poissons mais beaucoup de touristes...   

O IMPORTANTE E GANHAR DIN DIN 

 

Repost 0
Guy Capdeville - dans bresil
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 17:35

Ils vivent au bord de la mangrove où ils trouvent leur nourriture bio. Pas d'électricité, pas d'eau courante, pas de gaz, une simple marmite pour faire cuire sur trois pierres avec des brindilles de bois des petits coquillages qu'elle nettoie un par un. Ils n'ont pas de voisin sinon des oiseaux, des crabes et des poissons. Leur maison est construite en matériaux recyclables offerts par la nature environnante, calme, paisible et changeante au gré de la marée .


photos guy capdeville-bahia
 

pauvre-gens.jpgTout est paisible, le temps n'a pas d'horloge, il revient avec sa pirogue et son chargement de crabes qu'il pourra vendre aux automobilistes de passage pour acheter les piles de son transistor

pauvre-gens4.jpgAvec une machette, leur  outil à tout faire, ils ont construit leur petite maison de bois et de torchis . Elle leur rend visite de temps en temps.


pauvre-gens3.jpgP1100545Mais elle repartira en ville pour lui payer ses études.

Repost 0
Guy Capdeville - dans bresil
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 06:11

P1010554

photo guy capdeville

      Tant qu'il y aura des crabes ici on aura toujours de quoi se nourrir sans avoir besoin d'aller au supermarché. Certains spécialistes de la ceuillette des 'caranguejos' dans la vase de la mangrove qui encercle l'intérieur de l'île, viennent le dimanche sur la place du village pour les vendre à la douzaine aux citadins venus passer le week end à la plage. 

Hélas, ici aussi , les élevages de crevettes pour ceux qui veulent gagner de l'argent rapidement réduisent chaque jour un peu plus le territoire des crabes et des crevettes sauvages. Un processus irréversible, encouragé par les banques et motivé par le désir de chacun d'avoir une automobile pour aller au supermarché, en ville.

Repost 0
Guy Capdeville - dans bresil
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 12:30

 

h-20-2403255-1297504141.JPG

Olhem bem essa foto, pode guardar no museo; os jovens brasileiros no querem usar canoa, prefierem usar jetski, para ir rapidamente de nlnhuma parte até ninhum lugar. As mulheres gostam disso e ficam aboreçidas com a lentidao: tem que ter energia para gastar a toa. Ser rico e veloz, todo o contrario da canoa.                                              Ta na misma coïsa na França com os jardineiros que cultivabam legumes e hortaliças nos terrenos alredor das cidades e povoados. Todo na mao e agricultura biologica. Hoje  so aposentados fazem isso. Os jovens franceses querem ter um caro para ir rapidamente no supermarcado fazer comprar...                                                                               Regardez-les bien, il n´y a plus moyen de tailler une pirogue , ici au bout de l´île d´Itaparica á Bahia, pas plus qu´en France de fabriquer une charrette avec des roues en bois.

Place au Jetski et aux coques en plastic.

Ils ont du attendre que la marée monte pour aller pêcher

Depuis la crise, l'essence est trop chére pour eux et bien que sexagénaire, n'ayant pas de retraite, ils partent à la rame au petit jour quand le soleil rosit le ciel au dessus des cocotiers de la plage de sable blanc vers le banc de corail, au large, où ils jettent leur filet troué dans l'espoir d"attraper quelques poissons.
 Ils doivent impérativement être au minimum quatre pour manier la pirogue , et pour se mettre d'accord sur un horaire de pêche, ils peuvent discuter pendant des heures la veille du jour choisi en buvant une biére  ou jouant aux dominos, parfois sans arriver à un consensus. Dans ce cas extême, leurs femmes, enfants et petits enfants iront ramasser des crabes, des crevettes ou des coquillages pour faire bouillir la marmite.
Avant la crise, chacun pouvait partir quand il le voulait avec son petit bateau à moteur et jeter sa bombe artisanale dans un endroit caché pour récolter en quelques minutes les dizaines de kilos de poisson qui flottaient à la surface. Revendus sur le marché du village proche, ils pouvaient s'enrichir et acheter télévision, réfrigérateur ou des jouets en plastic pour leurs gosses.
 Mais, sans trop savoir pourquoi, aujourd'hui le vent a été favorable et ils rentrent bien avant midi avec la pirogue chargée de bars, rougets et sardines. Hélas, ils n'ont pas de téléphone portable pour alerter les revendeurs en ville,ni de frigo pour conserver toute cette marchandise de premier choix si durement acquise, et ils devront la distribuer presque pour rien ou à crédit dans tout le village; en priorité aux amies.

Comme les derniers jardiniers de nos potagers, quand la récolte arrive, la distribution c´est pour tous les voisins. Mais cela se passait au XX° siécle, maintenant c´est terminé.

Repost 0
Guy Capdeville - dans bresil
commenter cet article
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 18:15


Sur l'île, elles sont trop jeunes ou trop vieilles, et les belles préfèrent la ville.

meuf1.jpg

Mais j'ai trouvé cette affiche, des belles de la forêt amazonienne, avec un poème de Miguel Lucena, Les Seins de la Terre

meuf2.jpg

Ma poitrine est une éternelle bonté originelle
De mère nature, féconde de fruits sucrés.
Le sang circule dans nos veines et coule
De même chez les animaux plus sauvages


meuf3.jpg

Et les autres font du shopping pour Noël.                     photo guy capdeville

Repost 0
Guy Capdeville - dans bresil
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 18:30

Ils n'ont pas de rue ni d'avenues pour manifester leur mécontentement . Ils n'ont  pas encore accéder aux bienfaits de la société de consommation comme des dizaines de millions de brésiliens qui en quelques années ont eu droit à la télé, au frigo et la gaziniére avec en prime le téléphone portable et ne comprennent pas pourquoi ceux qui ont tout ça en ville ont protesté pour 20 centimes de real d'augmentation du prix du transport urbain.

Eux n'ont pas un centime mais tous les jours ils savent qu'ils trouveront de quoi à se nourrir

P1100543Et leurs enfants n'ont pas besoin de nounou pour jouer sur la plage avec des bouts de bois de la ficelle et du tissu
Repost 0
Guy Capdeville - dans bresil
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 08:24
PÊCHER AU HARPON- photo guy capdeville-Bahia 2111

harpon.jpg

A marée haute, le "robalo" s'approche de la plage pour pondre.

 

 

nageoire.jpg

Il se laisse flotter à la surface et on distingue sa nageoire

 

 

lance.jpg

S'approcher et lancer

 

 

floue

Raté,(dans ces cas-là je regrette l'argentique! ) mais le "robalo" est toujours vivant.

Repost 0
Guy Capdeville - dans bresil
commenter cet article